Des mots

Lettre à mon Doudou

Mon Doudou,
C’est le premier petit nom que je t’ai donné quand tu es né. Il est resté. Il restera toujours. Doudou comme « petit chéri », comme « doux »…
Je suis née le 3 janvier 2011. Avec toi. Je suis née en tant que mère. Née en tant que moi. Mais en tant qu’un moi qui ne pensera plus jamais que pour nous, deux au minimum.
Tu as 5 ans, tu es plein de vie, plein de vivacité, plein de ta logique déconcertante de vérité, plein de curiosité, plein de ta sensibilité différente.
Depuis Doudou, d’autres noms se sont accrochés à toi : Titi, mon chéri, mon amour, mon cœur, choupinou et tant d’autres au gré de mon inspiration (débordante comme tu le sais !)…
Des mots sont devenus familiers en s’accrochant aussi à toi, des mots dits par des autres, dans des lieux qui nous sont devenus familiers, comme une annexe de notre maison : le CAMSP, l’école. Puis d’autres lieux, le CRA, l’Hôpital Américain. Et avec eux des mots comme : psychologue, psychomotricienne, orthophoniste sont venus enrichir ton vocabulaire déjà fort riche. Et puis des sigles comme TED, TSA…

Je t’ai parlé d’autisme récemment. Je t’ai expliqué que tu es porteur d’autisme. Je t’ai dit que c’était derrière ce petit mot tout joli que se trouvait l’origine de tes difficultés dans plein de domaines :
- celles dont tu as conscience comme la marche sur la pointe qui commence à t’être douloureuse. Comme tes difficultés à utiliser un crayon dans un geste net et précis.
- celles dont tu n’as pas conscience ou dont tu penses qu’elles sont globalement partagées : ton hypersensorialité visuelle, tactile, olfactive et surtout auditive qui te parasite à chaque instant de ta vie. Ton incapacité à te tenir sans bouger. Tes difficultés relationnelles, cette absence de filtres et des codes sociaux que tu vas devoir apprendre de la même façon que des apprentissages scolaires. Tes difficultés à exprimer ce que tu ressens (douleur, émotions) qui sont déjà en constante…